Contenu principal

Projet de modernisation de la ligne à l’étude

Pourquoi moderniser la ligne ?

Le projet de modernisation de la ligne Serqueux-Gisors repose sur un double impératif :

  • Créer un nouvel itinéraire fret pour renforcer la desserte ferroviaire du port du Havre

    Pour accompagner la croissance de ses activités et faire face à la concurrence des ports du nord de l’Europe, le Grand Port Maritime du Havre doit se doter des moyens de mieux irriguer son arrière-pays. Cela passe par le développement des modes de transports à grande échelle au premier rang desquels figure le transport ferroviaire. Or la ligne Paris- Rouen-Le Havre ne peut plus absorber de trains supplémentaires...

     

  • Libérer de la capacité de trafic sur la ligne Paris – Rouen – Le Havre

    Du fait de la croissance du transport voyageurs et des travaux de rénovation du réseau, cet axe sera totalement saturé en 2020 et n’a plus, aujourd’hui déjà, les capacités suffisantes pour écouler le trafic. Afin que le Grand Port Maritime de Rouen ne soit pas pénalisé et puisse continuer à compter sur une desserte ferroviaire de qualité, il est indispensable de disposer d’un itinéraire alternatif à cet horizon.

 

Quels enjeux ?

Les objectif nationaux
en matière de transport
de marchandises

  • Réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20%

  • Priorité au développement des transports massifiés ferroviaires et fluviaux

  • Doublement de la part modale du fret non routier à destination et à partir des ports maritimes

  • Priorité au renforcement du réseau ferroviaire existant

Le développement économique régional et le développement durable sont au cœur du projet de modernisation.

  • Renforcement de la compétitivité des régions
    Haute-Normandie et Île-de-France face aux grandes régions portuaires du nord de l’Europe.

  • Développement des filières d’excellence régionales (ports, transports, logistique) au service de l’emploi.

  • Amélioration des liaisons des territoires traversés (Pays de Bray, agglomération de Gisors) avec Rouen et l’Île-de-France.

  • Réduction des transports par la route au bénéfice de l’environnement (qualité de l’air, préservation des ressources, sécurité, décongestion du trafic).

 

concertation : du 3ème trimestre 2012 au 2ème trimestre 2013 ; enquête publique : du 3ème trimestre 2013 au 2ème trimestre 2014 ; travaux : début 2015 à fin 2017 ; mise en service : fin 2017.